30 avril 2010 : l’adulte couve. Intéressant comportant d’ouverture du bec…

Webcam, le retour !

Un peu plus d’un mois après les dernières images de la webcam, nous pouvons enfin vous replonger dans l’histoire de la nidification des cigognes noires.

Le couple qui fréquentait encore le nid pillé s’est fait de plus en plus rare. Pourtant les oiseaux étaient toujours observés autour du village, mais plus souvent en direction d’une autre partie de la forêt.

Il y a une semaine, nous avons enfin découvert le nid de remplacement, placé sur un gros chêne.

Nous avons rapidement acquis une nouvelle caméra avec un zoom assez puissant. Elle permet d’obtenir des images du nid, tout en restant à une distance raisonnable. Elle a été placée ce mardi, entre minuit et 03.00 du matin pour réduire au maximum le dérangement des oiseaux. Depuis mercredi, elle nous donne enfin des images de la couvaison. La caméra est placée très haut dans un chêne, sur une branche sensible au vent.  Le zoom est à pleine puissance. Ces deux facteurs font en sorte que les images sont de qualité un peu inférieure à celles que vous receviez auparavant.

L’éclosion devrait normalement se produire le w-e prochain ou au début de la semaine qui suit. Nous travaillons encore au projet d’images en direct (streaming), avec sans doute des nouvelles définitives vers le 15 mai.

Bon retour à vous parmi les cigognes.

Suivi webcam : à quoi s’attendre dans les prochaines semaines ?

Depuis le 02 avril et la destruction des oeufs par le grand corbeau, la vie évolue lentement sur le nid.
Nous n’y avons plus jamais observé le mâle du couple d’origine du nid. Bagué à la patte gauche d’une bague blanche, il était facilement reconnaissable. Une des cigognes intruse le 02 avril, bagué d’une bague noire à la patte gauche n’a plus jamais été observée non plus.
Il reste la présence de deux cigognes noires adultes, sans bague ni l’une ni l’autre.
L’une des deux passe toutes les nuits au nid et plus de la moitié des journées. L’autre n’apparaît au nid que de façon extrêmement brève, de deux à quatre minutes par jour. La première est aisément reconnaissable depuis plus de 6 jours par le fait qu’elle a, à l’aile gauche, une plume prête à tomber. C’est bien elle qui passe près de 16 heures au nid par 24 heures. A l’arrivée de la seconde, après de brèves attitudes mutuelles de parade, elle se couche sur l’aire et ne se relève qu’à l’envol de la visiteuse.
Ces séquences enregistrées sont très répétitives et de moindre intérêt que ce que nous pouvions vous montrer jusqu’ici. Nous ne les mettons dès lors plus en ligne ces jours-ci.

A ce stade, nous ne pouvons pas savoir quelle suite ce nid nous réservera. Simple dortoir pour un oiseau ? Nouveaux accouplements proches ? Future ponte ? Abandon complet du nid ?
Nous avons dès lors décidé de maintenir tout le dispositif d’enregistrement sur ce nid a priori jusqu’à la dernière semaine du mois d’avril pour pouvoir étudier les suites d’un échec de nidification et, le cas échéant, reprendre avec vous ce suivi.
Si rien de neuf ne se passe d’ici là sur le nid, nous transférerons tout le matériel sur un des deux autres nids équipés de caméra en février. Nous pourrons alors, sur un de ces nids, reprendre le suivi là où le grand corbeau nous l’a fait arrêter, c’est-à-dire au début de la couvaison pour l’un de ces autres couples. Continuer donc à visiter notre site, dans moins de 20 jours, de nouvelles images vous parviendront.

3 avril 2010 : diverses scènes de parade et d’accouplement. Le matin , il s’agit du couple habituel. L’après-midi, c’est par contre un nouveau couple avec deux oiseaux non bagués

2 avril 2010 (Suite et fin) : De retour au nid l’adulte ne peut que constater les dégâts. Il tente de remettre de l’ordre dans les mousses et herbes sèches éparpillées.
Il est rejoint en fin de nuit par l’autre partenaire du couple

2 avril 2010 (Suite) : Depuis une séquence de la mi-février, on savait les grands corbeaux proches du nid des cigognes. Sans doute alerté par le combat sur l’aire, le grand corbeau fait une incursion sur le nid vide, un peu plus d’une heure et demi après la fin du combat et la désertion du nid. Il approche prudemment. Puis finalement accède au nid. Il s’acharne à enlever mousse et herbes du creux de l’aire. Il finit par découvrir les quatre oeufs. Il en perce un et le gobe. Il en prend un second dans le bec et s’envole.

Cinq minutes plus tard, il est de nouveau de retour. Il prend un troisième oeuf dans le bac. Il le dépose sur le côté du nid. Il termine de gober celui qu’il avait percé. Il reprend celui qu’il avait mis à l’écart du nid, le coince dans son bec et reprend son envol.

Il a quitté le nid depuis moins de quinze secondes qu’une cigogne se pose sur l’aire. Soyez attentif, elle est baguée également à la patte gauche mais d’une bague noire, alors que celle du mâle « légitime » du nid en a une blanche. Elle s’empare de l’oeuf percé et le met à l’écart du nid. Le grand corbeau revient pour la troisième fois pour prendre le quatrième oeuf. La cigogne, pourtant intruse sur un nid qui n’est pas le sien l’intimide, ailes entr’ouvertes, plumes du cou gonflées. Le corbeau reste à distance sur la branche supérieure. Il finit par céder à l’intimidation et prend son envol, sans le quatrième oeuf.

La cigogne intruse reste à l’aire, élimine le quatrième oeuf. Elle entame un début de réfection du nid défait : ramassage et recentrage de la mousse et des herbes sèches.
En un peu moins de deux heures un nid où le couple entamait la couvaison de quatre oeufs est vide …

Que va t’il advenir de ce nid et de notre projet de suivi ? Abandon définitif dans les prochains jours ? Essai d’une ponte de remplacement ? Nid confisqué par un nouveau couple ? Les dix prochains jours nous en diront davantage …

Lire ici l’historique de cette journée, minute après minute >

Lire ici une première conclusion sur les enseignements à tirer de cette journée du 2/04 >

2 avril 2010 :
MOMENT OU TOUTE LA NIDIFICATION BASCULE EN MOINS DE 5 MINUTES ! La séquence qui suit sera très certainement déterminante pour notre suivi de la nidification des cigognes par webcam.

Le mâle est en train de couver. Il vient à peine de prendre son tour de rôle en remplaçant la femelle. Il se lève soudain, inquiet, nerveux. Il secoue la mousse du nid, agite les branches de l’aire, ouvre les ailes, tend le bec vers l’avant. A trois reprises, il va se faire attaquer par une cigogne intruse. Les deux premières fois, il est agressé de face et réussit à repousser l’adversaire. Mais la troisième fois, l’agresseur, plutôt que de le prendre de face lui grimpe sur le dos. Un combat violent s’engage entre les deux cigognes, coup de bec, ailes déployées, perte d’équilibre, jusqu »au décrochage du nid et à la disparition en vrille dans la futaie. Le nid, piétiné, reste vide, laissé à lui-même…

1 avril 2010 : La couvaison est assurée tant par la femelle que par le mâle, avec des échanges rapides dès le retour d’un oiseau au nid. Chaque adulte couve à tour de rôle pour une durée de près de 5 heures

2 avril en matinée : l’adulte se relève et laisse apparaître le quatrième oeuf de la couvée.